Ca urge et la mairie prend ses aises avec la loi

Les opérations de défrichement nécessaires à l’accès et à l’implantation de la future STEP ont débuté. L’administration a restreint les périodes de défrichement aux mois d’hiver pour respecter la vie du lézard ocellé hôte de ces lieux.
Dans cette précipitation à vouloir défricher rapidement M. le maire semble prendre quelque liberté avec les autorisations données.
Sur le terrain l’arrêté est affiché; il doit l’être aussi à la mairie. Cet document interpelle quelque peu: on y trouve la liste des parcelles à défricher. On recoupe avec le cadastre et on constate des « blancs », c’est à dire 4 parcelles sur le tracé du secteur à défricher mais non citées dans l’arrêté. En l’absence de tout acte notarié à ce jour l’accès et travaux sur les parcelles est possible sur accord des propriétaires, pour les parcelles absentes le propriétaire n’a pas été trouvé, et dans ce cas on apprend que la commune doit entamer une procédure pour devenir propriétaire de ces terrains. Très, trop long tout ça !
Revenons sur le terrain, une piste a été ouverte et le défrichement est bien avancé y compris sur les parcelles non autorisées. Ni vu ni connu, quoique !!
On sait le désaccord récurent de notre maire et son équipe avec les administrations. On ne va pas s’embarrasser pour quelques m2 perdus en terre cévenole.
A ce jour le projet est en attente de subvention, aucun plan de financement n’est avancé si ce n’est celui qu’a du faire le bureau d’étude en charge du projet, dans le cadre du dossier loi sur l’eau mais non divulgué.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.