Incohérences

Décembre 2018, après les aberrations du zonage agricole du PLU en cours d’élaboration deux, fortes, délégations d’agriculteurs ont travaillé avec les élus sur un nouveau zonage. Si de nombreux secteurs ont été ajoutés il semblerait que la majorité le soient en zone AP, c’est à dire Agricole Protégé, ces parcelles sont réservées à l’agriculture sans que l’on puisse y construire les bâtiments nécessaires à leurs exploitations, sous prétexte 
d’aspect paysager à préserver ! On sait nos élus très sensibles aux aspects paysagers de nos vallées jusqu’à vouloir effacer de tout ce qui leur parait inesthétique. Mais leurs attitudes sont parfois partisanes. Ainsi cette construction agricole autorisée par eux au sommet d’un col, pour le moins très visible, à l’ouest du village. Pour d’autres bâtiments agricoles à contruire il a fallu passer par la contrainte d’un bardage en bois.
Et si peu d’élus s’interrogent sur l’aspect esthétique d’une station d’épuration dans la montagne certes peu visible d’en bas, n’oublions pas que nous voulons que nos touristes se baladent sur nos chemins, donc en hauteur.
Et enfin suite à la présentation en réunion publique du PLU nous découvrons que sur l’Opération d’Aménagement Programmé du secteur Dupoune, une zone de services, c’est à dire des bâtiments, bureaux ou ateliers, probablement peu esthétiques, est réservée sur un « serre » à 320 m d’altitude, au chemin droit, sur les hauteurs au nord du village (Sumène se trouve à 200 m d’altitude).
Pas très cohérent tout cela, la notion d’esthétique de nos élus devient subjective.
Il faut suivre ! Résumons les hangars agricoles près de l’agglomération, loin des terres agricoles, les bureaux, ateliers sur les hauteurs en pleine nature loins des commodités urbaines: une belle logique tout ça

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.