Un président qui va être content


Sur ce panneau figurent les organismes qui ont aidé ou vont aider au financement du projet salle Ferrier. Aucun chiffre n’est donné quant à l’autofinancement autrement dit la part communale, forçant ainsi le citoyen à faire son petit calcul perso. On le fait pour vous : 149 470 € HT soit un subventionnement s’élevant à 73 % pas tout à fait 80 % comme annoncé.
Figurent aussi les logos des financeurs, on est étonné de ne pas y voir le logo de la Communauté des Communes des Cévennes Gangeoises et suménoises.
– Dans ce projet L’office de tourisme est fortement sollicité.
– Dans ce projet les services techniques de la CCCGS sont fortement sollicité pour la prise en charge de l’item sentiers.
La CCCGS a la compétence tourisme, mais ce projet axé sur le tourisme s’est fait sans elle sauf à aller quémander quelques services pour adoucir la facture finale. Toujours cette relation bizarre qu’ont nos élus avec la Communauté des Communes des Cévennes Gangeoises et suménoises.
Notre Président sera probablement enchanté de voir la reconnaissance de nos élus pour l’aide apporté par la CCCGS

Cette esquisse donne à voir l’intérieur de la salle Ferrier, projet fini, la mezzanine donne l’impression d’être accessible. Mais la vision est fausse car son accès sera interdit au public. 92 m2 de surface intérieure, 135 m2 de surface extérieure dont 60 m2 de jardin.

Ce qu’on voit, ce qu’on sait !

Gros remue ménage sur la Placette, depuis le 17 octobre le chantier salle Ferrier est ouvert. Comme dans tout chantier urbain, les riverains subissent les dommages collatéraux, bruits des engins, gravats, stockages de matériel, emprise sur l’espace public rien que de très normal. Approchons et nous voyons pour l’instant les travaux de démolitions. Et demain ?
Les interrogations de nos concitoyens sont nombreuses quant à la teneur et surtout à l’objectif de ce projet: On en sait le coût, estimé à 696 000 €, subventionné à 80 %, quoique toutes les subventions ne soient pas encore acquises, soit 140 000 € à charge du budget communal . Pour cette somme d’argent que réalise-t-on? Cela va amener quoi aux sumènois ? Malgré la propagande faite par les élus: un projet qui a eu l’assentiment des suménois, langue de bois des années fastes de l’APH. Les informations ont été rares pour un tel projet , une réunion publique à laquelle moins de 20 personnes ont participé, il faut croire que les administrés, d’accord avec un tel projet laissaient carte blanche aux élus; un article blablabla dans le bulletin voici quelques mois, pour le concret ce sera la surprise, encore une autre surprise.
Nous eussions bien aimé voir un panneau voire deux car si on compte sur la voie verte pour amener les touristes autant les préparer à l’avance, leur donner envie de visiter Sumène, avec deux trois dessins présentant le bâtiment futur, un petit texte décrivant l’objectif de ce projet, concrètement la fameuse scénographie proposée, les circuits à thèmes de découverte, de randonnée. Bref une promotion de ce futur haut lieu du tourisme local.
La question fondamentale est la suivante, les personnes élues qui portent à bout de bras ce projet en sont elles convaincues de son objectivité ?

Plaisir d’automne, au même titre que les champignons et les châtaignes

Le Critérium des Cévennes, c’est parti, n’en déplaise aux antis !!! Une seule spéciale sur Sumène, la Cadière/Sumène la première de l’édition 2019, qui ne fut pas toujours la première mais dont le tracé fut toujours d’anthologie. On remarquera l’engouement de nos élus pour cet évènement: sur la revue officielle du rallye pas de logo de la commune ni d’édito du Maire à contrario des autres villes et villages partenaires avec logo et édito. On rappelle que Sumène investit près de 700 000 € dans les mois qui viennent dans un centre d’interprétation d’on ne sait quoi, mais pour les touristes « verts » venus uniquement à Sumène par la voie verte. Pour nos élus, fi de toute autre moyen qui pourrait inciter à venir visiter notre village, déjà catastrophés à l’annonce du passage du tour de France en juillet 2020.

Il y a tourisme et tourisme

Sur le programme gratuit du livret du 61 ème Critérium des Cévennes, en une de couverture, en bas de page, figurent les logos des partenaires et parmi eux ceux des communes traversées par le rallye. En pages intérieures se trouvent les éditos des partenaires, dont ceux des maires des communes traversées par le rallye.
A Sumène, on le sait, nos élus accueillent le rallye du bout des lèvres, pas de partenariat avoué. Il faudra pourtant bien attirer les touristes pour visiter notre futur centre d’interprétation et pas uniquement ceux venus de la voie verte comme vantés dans l’argumentaire justifiant l’investissement inconsidéré dans ce projet. Ne boudons pas notre plaisir et rendez-vous vendredi 25 octobre à partir de 15 h malheureusement pour un seul passage.

Le jour de la nuit , c’est bien joli mais !!!!

le Jour de la Nuit est une manifestation nationale de sensibilisation à la pollution lumineuse, à la protection de la biodiversité nocturne et du ciel étoilé, coordonnée par l’association Agir pour l’Environnement. Depuis plus de 10 ans, collectivités locales, associations etc, organisent des manifestations et animations dans les territoires dans cet objectif. le Jour de la Nuit a pu impulser des réflexions locales et voir des conséquences positives et durables dans les territoires. Plusieurs communes participantes ont ainsi engagé des diagnostics de leur éclairage public, leur permettant de mettre en place des actions concrètes pour réaliser des économies d’énergies. Ce ne fut pas le cas de la notre.
Notre commune participe à cette sensibilisation depuis quelques années en créant des animations toujours plus variées et festives mais au delà il n’y a que du vent. A-t-on fait quelque effort au delà de cette sensibilisation? A-t-on investi dans l’éclairage public? a-t-on à minima engagé des diagnostics? Non à toutes ces questions. Le seul diagnostic qui existait date du précédent mandat; il a été ignoré et aucun usage n’en a été fait par ceux qui pour tout effort se sont évertués à organiser ces journées de sensibilisation.

Des projets qui n’en finissent pas !

Remémorons nous le projet médiathèque: pour on ne sait quelle raison, peut -être pour le fun, nos élus, dans ce projet ont rajouté une chaudière à bois, plus exactement une chaudière à granulés
Février 2018, à l’issue d’un appel d’offres, M. le Maire fait délibérer le conseil municipal sur le choix de l’entreprise la mieux disante pour ce projet.
Hésitations, tergiversations, à l’entrée de l’hiver 2018, il n’est pas envisageable de travailler sur le chauffage du bâtiment de l’ancienne mairie qui on le rappelle abrite l’ Escale et le cabinet médical. Printemps, été 2019, hésitations, tergiversations, autres préoccupations, rien n’est fait.
Les premiers frimas ne vont pas tarder, va-t-on se chauffer écolo cet hiver ou passera-t-on encore un hiver au fioul ?

A quand la pochette surprise ?

Au dernier Conseil Municipal les élus ont délibéré pour valider le plan de financement de la future STEP !!! Comment M. le maire peut faire approuver un plan de financement qui se borne à préciser qu’il reste à financer 1.421.241,60 € TTC. Nous rappellerons qu’un plan de financement comporte deux colonnes, une colonne besoin de financement et une colonne ressources en l’occurence comment financer le besoin. L’impact de ce dernier point sur la facture d’eau de l’usager étant exorbitant donc inavouable en précampagne électorale, M. le Maire temporise, avec un peu de chance une fois réélu les coudées seront plus franches………………


https://www.sumene.org/…/conseils…/conseils-municipaux-2019/

Pas d’erreur nous sommes toujours dans le gard

Un nouveau panneau au Diguedan. La Communauté de Communes des Cévennes Gangeoises et Sumenoises travaille sur le PGD, plan Global de Déplacement et à ce titre des aires de covoiturage sont aménagées sur le territoire de la CDC et Sumene a choisi le site du Diguedan. Ce projet est en partenariat avec le département de l’Hérault d’ou le panneau pub du Département de l’Hérault. Avec de meilleures relations avec la CDC on aurait peut-être pu mieux faire. La CDC à répondu à un appel à projet régional appelé PGD, de définition d’une politique locale en faveur de la mobilité lancé par l’ADEME afin de réduire les émissions polluantes et des gaz à effet de serre sur le territoire.

On remet ça

SPANC, obligation de l’étude de sol. On remet ça sur le tapis. Déjà à l’ordre du jour du conseil municipal de juillet (voir l’article du 16 juillet), le sujet avait été retiré plutôt que délibéré, un grand nombre de conseillers de la majorité réticents, se disant mal informés. Les arguments présentés étaient imprécis, le coût induit pour l’usager non connu, bref un dossier mal préparé. L’été a t il été mis à profit pour y travailler?
Les conseillers vont donc découvrir la nouvelle mouture du projet lors du prochain CM.

Effervescence de l’été 2019 et le pompon en fin d’été.

Juillet, le PLU, août, la salle Ferrier et septembre, la STEP, on boucle tout avant l’échéance de mars 2020. Nos élus vont vous montrer ce dont ils sont capables en cette fin de mandat.
Le pompon c’est la STEP. Lors du conseil municipal du 5 septembre, sans donner aucune explication préalable, M. le maire va demander à son conseil de valider l’engagement financier inhérent à ce projet:
Ce que l’on sait: Coût estimé du projet : 2 405 850 € Hors Taxes, 2887 020 TTC
Subventions obtenues : 1 169 102,40 €
Sauf si un miracle, subvenu en cet été, aurait pu faire baisser les coûts ou augmenter les subventions, l’emprunt à réaliser sera de 1 717 917,6 €.
Cet emprunt va générer des annuités de remboursement à imputer sur le budget de l’eau et de l’assainissement, budget abondé par les recettes donc les factures d’eau et d’assainissement que règlent les usagers.
Il semble difficile de nous demander à nous usagers de consommer plus pour augmenter les recettes !
Que va nous annoncer notre maire ?
Posons les bases : Le bilan de l’eau annuel 2017 indique environ 1036 compteurs d’eau et 391 assainissements non collectifs, on déduira donc 645 foyers raccordés aux réseaux eau potable et assainissement collectif. On ne peut ponctionner uniquement ces 645 foyers et se priver des 391 qui ne sont pas concernés par la STEP. Péréquations donc entre ces deux catégories d’usagers. Faire payer un maximum d’usagers c’est sûr, donc les 1036 compteurs, ne pas trop pénaliser ceux qui ne sont pas raccordés au réseau assainissement donc les 391 en ANC. Deux taux d’augmentation, un taux moyen pour tous les usagers et un taux plus élevé pour ceux qui sont raccordés à la STEP;
Rien que de très normal dans la cadre d’un projet sauf que dans celui de SUMENE c’est en centaine d’euros que les factures vont augmenter.
La réponse, ou pas, au prochain Conseil Municipal.
Evidemment aucune note de synthèse n’est faite et ni proposée en préalable, aux conseillers, hormis peut-être quelques initiés. Les conseillers découvriront le sujet lors du conseil, comme d’hab !